Le recrutement d’un manager s’appuie aussi sur des valeurs immatérielles

Un manager, et spécialement lorsqu’il est recruté en mission de transition, doit savoir s’appuyer depuis toujours sur les valeurs classiques et traditionnelles de l’entreprise. Mais qu’en est-il aujourd’hui de la prise en compte des valeurs que l’on pourrait nommer « le capital immatériel » tels que la prise en compte des dirigeants et des collaborateurs de cette entreprise, de sa marque, des capacités de connaissances et de R&D, de sa capacité de transformation notamment dans le numérique et dans la data, de la qualité de ses relations avec ses partenaires comme avec ses clients, et de la maîtrise de son écosystème territorial par exemple ?

La recherche d’un dirigeant, d’un manager, se doit aujourd’hui d’intégrer l’ensemble de ces éléments, mais encore plus, de savoir identifier la compréhension et la prise en compte de ceux-ci chez la ou le manager qui vont être confrontés aux défis de l’entreprise. Il ne suffit plus d’être un bon gestionnaire, ni même un bon visionnaire.

Dans un processus de recrutement très ramassé sur quelques jours et très exigeant, aux qualités techniques et managériales du manager, au processus qui se doit de vérifier ses compétences, ses références et son adéquation avec le besoin au sein de l’entreprise, il faut encore plus prendre en compte aujourd’hui sa capacité à gérer l’ensemble de ce capital immatériel.

En effet, à quoi servirait un Directeur informatique s’il n’avait pas une approche appropriée du traitement de la data de son entreprise ou de l’apport d’une digitalisation adaptée pour les forces vives comme pour les clients ? A quoi servirait un Directeur financier si, au-delà des logiciels (actifs incorporels) il ne prenait pas en compte le capital humain qui est amené à les utiliser ? A quoi servirait un Directeur général si, dans sa vision et dans sa politique de l’entreprise, il ne pouvait intégrer l’ensemble de ces valeurs immatérielles au même titre que les autres ?

Recruter un manager de transition nécessite aujourd’hui de savoir déceler l’ensemble de ces capacités, et ces qualités à les mettre en musique. Une société est la somme d’éléments matériels et immatériels, qui ne peuvent être dissociées.

Dans le management de transition, comme dans toute forme de recrutement aujourd’hui, l’ensemble des acteurs (entreprises, candidats, cabinets) ont parfaitement intégrés ces valeurs immatérielles. L’engagement sociétal, les qualités du management, la vision de l’entreprise non seulement de ses perspectives mais également de son rôle dans les évolutions du monde que nous vivons, les notions telles que la bienveillance, l’éthique, la parité, sont aujourd’hui des sujets essentiels qui se doivent d’être traités.

Impossible aujourd’hui, et encore moins demain, de ne pas prendre en compte l’ensemble de ces valeurs. Et il ne fait aucun doute qu’elles sont déjà et vont être plus encore intégrées dans les critères d’évaluations.

En réalité, les valeurs immatérielles ont toujours été présentes dans chaque entreprise, dans chaque société. Mais elles commencent à peine à être valorisées à leur juste importance.

 

Stéphane FARGETTE, Spécialiste du Management de Transition

https://www.linkedin.com/in/stephane-fargette/